Menu

Connexion



Retenir ?

Mot de passe oublié ?

Inscription

Fille Garçon
Gravatar ? (basé sur votre mail)
Eclipso logo
Merry Christmas !
27/04/2018 10:18:11

I like to make it make it, I like to Make It Make It, We like to Make IT Make IT, You like to... MAKE IT !

Il était une fois,...

Anonyme

8015
Anonyme
  • Messages : 8015

Il était une fois,...


jeu. 01 août 2013 - 02h14

Bon on va retenter l'expérience une fois et j'espère avoir au moins un poste

je vais vous présenter des histoire que j'écris.
certaine pour des concours d'autre pour moi

Commençons avec une petite histoire qui devait faire maximum 500 mots avec certain mot clé (les mot clé sont en majuscule)
Le thème était fracture et bien sûr me connaissant je n'ai pas utilisé le terme fracture comme tous le monde

________________________________________________________________________________________________________________


Il était une fois dans un monde peuplé par des créatures magiques, un CHEVALIER nommé TRISTAN.
Enfin CHEVALIER est un bien grand mot car, en fait, depuis qu'il avait cinq ans et qu'il avait été
gravement blessé à la jambe dans un accident impliquant le carrosse royal, le roi pris de remords d'avoir
fait conduire son carrosse si vite pour aller acheter du chocolat l'avait invité à vivre au château et plus tardl'avait fait CHEVALIER.
Mais TRISTAN était triste car avec son ancienne fracture, il était incapable d'accomplir son devoir de
CHEVALIER.
Un jour il entendit parler d'une SORCIERE du nom de GAELLE qui selon la rumeur pouvait accomplir
des miracles.
Evidemment il ne fallut pas longtemps pour qu'il décide d'aller la voir.
Ce n'était pas très compliqué car en fait elle avait toujours habité dans le château juste trois étages en
dessous de sa chambre.
Il arriva assez rapidement en bas malgré son handicap, il faut dire que tomber trois fois dans les escaliers et donc faire quasiment tout le chemin en roulant comme un tonneau, ça aide.
Une fois arrivé devant la SORCIERE il lui demanda de trouver un remède ou quelque chose pour qu'il
puisse marcher normalement et c'est un quelque chose qu'elle trouva en farfouillant dans ses vielles
RELIQUES
Oui parce que des nouvelles on en faisait plus.
Elle lui tendit un boomerang et lui dit
- lance-le dehors et tes problèmes n'en seront plus.
Bien que le CHEVALIER pensait qu'elle avait un petit peu trop fumé du chaudron, il sortit quand même et lança l' objet qui une fois en l'air se déplia et se transforma en un DRAGON juste assez grand pour
porter un homme.
Depuis ce jour TRISTAN n'était plus triste.
Lui et son DRAGON qu'il nomma LOAN devinrent inséparables et il devint sur le champ le meilleur
CHEVALIER DRAGON de tout le royaume, faut dire aussi qu'il était le seul.
Après cela la SORCIERE GAELLE fut récompensée par le roi pour son travail exemplaire.
Puis il lui remit le bien le plus précieux du royaume, enfin selon lui.
Non vous ne voyez pas ce que c'est.
Une plaque de chocolat bien sûr.
La SORCIERE le remercia chaleureusement et une fois sortie de la salle du trône pensa :
C'est dingue à la base je lui avais donné ce jouet pour qu'il parte et après coup je me suis souvenue que
c’était un DRAGON alors j'ai pensé qu'il allait le manger et que cela résoudrait son problème
radicalement, mais je n'aurais jamais pensé qu'il monterait dessus, c'est insensé.
Perdue dans ses pensées, elle ne fit plus attention à ce qui l'entourait et c'est avec amusement qu'un
instant après elle découvrit que le château avait était calciné par les flammes d'un dragon et que toutes les personnes présentes dans le château à ce moment-là avait toutes de belles fractures.



__________________________________________________________________________________________________________

Merci de m'avoir lu et revenez vite me voir.

Anonyme

8015
Anonyme
  • Messages : 8015

Il était une fois,...


jeu. 01 août 2013 - 11h13

Certes l'histoire est pas trop mal et humoristique mais à mon humble avis c'est dur de lire beaucoup de répétitions des phrases assez lourdes.

Anonyme

8015
Anonyme
  • Messages : 8015

Il était une fois,...


jeu. 01 août 2013 - 12h27

C'est amusant. Découpe quand même tes paragraphes de façon classique, on ne sait pas trop quoi penser de tous ces retours à la ligne. Si c'est pour un livre d'enfant avec des illustrations tu sépareras à propos avec les images. Trondheim a fait des BD de ce genre où un papa raconte des histoires "fantaisistes" et fantastiques à ses enfants, j'ai beaucoup aimé (allez raconte).

Anonyme

8015
Anonyme
  • Messages : 8015

Il était une fois,...


jeu. 01 août 2013 - 16h23

Merci beaucoup à vous deux

Comme je l'ai dis c'est pour un concours et la limite de 500 mots ma possait problèmes car j'ai du modifier beaucoup de prahse pour réussir à mettre toute mon idée :/
c'est aussi un texte que j'ai écris en 20 minutes juste pour le concours et personnellement je ne l'aime pas trop (surtout parce que j'ai étais bloquer par certaine limite)

Ceci aussi était pour un concours mais la seul limite était "machine" comme thème.
Je n'avais pas trop d'idée donc je me suis tournée vers un style original pour un concours c'est à dire des rimes et si vous faites bien attention vous verrez que chaque phrase à le même nombre de syllabes
Malheureusement il me manque une phrase à la fin pour en faire six :/

________________________________________________________________________

Mon adorable machine
Toute seule dans la cuisine
Jamais tu ne te débines
Pour me faire de belle tartine
Quand je suis d’humeur chagrine
Tu es ma belle héroïne

Tu te souviens de Marine
Elle était avec Jacqueline
Quand d’une humeur assassine
Elle t’a jeté dans les ruines
Et comme une noble paladine
Je t’ai sauvé de la bruine

J’étais déjà orpheline
J’avais une drôle de sale mine
En plein coeur de l’Argentine
J’avais un sac de farine
Caché dans les Capucines
A l’abri des petites fouines

Tu as été bien coquine
Quand tu as fais les tartines
Avec plein de gélatine
Tu n’as pas été radine
J’en avais plein les babines
Et toi plein sur ta platine

Je t’ai prise contre ma poitrine
On aurait dit une lutine
Tout en bas de sa colline
Cette drôle d’histoire se termine
Sous le son d’une mandoline

__________________________________________________________________________

Voilà bonne lecture et bonne visite

Gelarto

Vétéran
Gelarto
  • Messages : 781

Il était une fois,...


jeu. 01 août 2013 - 18h17

Je connais ses deux textes

J'aime bien comment tu écris, c'est très sympa et ça me fait rire (surtout la deuxième )

Anonyme

8015
Anonyme
  • Messages : 8015

Il était une fois,...


ven. 09 août 2013 - 18h29

Je retente avec mon long prologue
Gelarto n'aura pas de surprise car lui il l'a déjà lu

C'est donc un prologue et bien qu'il sont fini je ne vais poster que l'équivalent de 5 pages en format livre
Histoire de ne pas décourager les courageux lecteur que je pourrais avoir (si j'ai des lecteurs, je posterais la suite )

___________________________________________________________________________

Master Fate Prologue

Cette histoire prend ses racines dans un monde parallèle au nôtre, un monde qui ressemble beaucoup à celui que l'on connait mais qui toutefois évolue plus lentement. Un monde où un amour interdit se finit inévitablement par la mort. C'est ainsi qu'une femme et son nouveau-né se voient contraints de courir dans la forêt en pleine nuit espérant une fin autre que celle fatalement attendue.
- ouin ouin ouin

- Chut mon bébé, tout va bien ne t'en fais pas, ça va aller

La jeune mère venait de se blottir contre le tronc d'un gros chêne, prononçant quelques paroles réconfortantes à l'oreille de son enfant mais hélas elle n'y croyait pas vraiment elle meme. Sa longue robe de nuit blanche était encore tachée du sang de son accouchement, ses pieds nus saignaient, écorchés par la course qu'elle venait de faire. Les boucles de ses longs cheveux noir flottaient légèrement sous la fine brise. Ce léger vent caressa son visage, l'aidant ainsi à se calmer et à reprendre son souffle. Elle en profita pour entrouvrir la couverture bleu clair qu'elle tenait serrée contre elle et le doux visage de son bébé apparut. Il avait les yeux d'un bleu saphir si étincelant qu'on ne pouvait en détacher son regard, ses cheveux, d'un blanc semblable à celui de la neige, étaient tout aussi spéciaux. L'enfant regarda sa mère avec beaucoup d'attention, il semblait émerveillé.

- Fouillez par là, ne les laissez pas s'échapper hurla une voix non loin du chêne. Effrayée, la jeune femme reprit sa course. Malheureusement elle n'eut pas le temps d'aller bien loin avant de trébucher sur une racine d'arbres et de tomber en poussant un petit gemisement, alertant ainsi ses poursuivants. Elle n'eut meme pas le temps de se relever qu'une dizaine d'hommes en armure, brandissant leur épée l'encerclaient deja. Le temps de comprendre que sa fuite était terminée, elle entendit le hennissement d'un cheval. En regardant derrière ces poursuivants, elle vit un homme habillé avec des vêtements très nobles mettre pied à terre. Les hommes en armure s'écartèrent pour le laisser regarder leur prise. Il fit quelque pas vers elle en la dévisageant. Un sourire hautement satisfait se dessina sur son visage, son regard était marqué par le mépris qu'il ressentait pour elle. Il ricana avant de lancer

- Finissons-en.

Les soldats s'exécutèrent et se lancèrent sur leurs victimes toujours à terre. La jeune femme n'eut que le temps de crier en blottissant son bébé contre elle avant qu'une mystérieuse lumière bleutée ne vienne éblouir les soldats qui, surpris s'arrêtèrent aussitôt. Cette étrange lumière se dirigea vers la jeune mère et sa progéniture jusqu'à les envelopper entièrement. Cela fait, la lumière se changea tout doucement en fumée qui enveloppa les guerriers leurs provoquant une quinte de toux. Quand ces derniers reprirent leur souffle, ils s'aperçurent qu'une ombre été apparue dans le brouillard qui commençait seulement à se dissiper lentement, laissant apparaître la silhouette d'un homme vêtu d'un large kimono au couleur blanche grisonnante. Son visage et ses yeux aux éclats d'or reflétaient le dégoût qu'il avait envers les hommes qui se tenaient devant lui. Ses cheveux, de la même couleur que la lune, flottaient en arrière, à l'exception de deux mèches de couleur rouge comme le sang qui, placées devant son visage, restaient immobiles. Il se retourna vers la jeune femme et tendit vers elle l'une de ses mains griffues.

- Tu vas bien, Cheyenne ?

La jeune femme prit sa main pour s'aider à se relever.

- « Maintenant oui, dit elle avec un large sourire »

Elle n'en croyait pas ses yeux, il était venu, il se tenait là tout près d'elle. Son unique amour était venu la sauver. L'homme baissa les yeux sur la couverture.

- Est-ce mon enfant ? Non ne dit rien, reprit-il, si tu l'aimes autant que le montre ta façon de le tenir alors le fait que je sois son père ou non m ‘importe peu, c'est ton enfant et je le chérirai autant que toi. La jeune mère ne pu empêcher une larme de joie de couler sur sa joue, elle ferma les yeux en serrant son bébé très fort avant de répondre.

- Comment peux-tu penser que j'aurais pu supporter la grossesse et l'accouchement d'un enfant qui ne serait pas le tien, tu es tout ce que j'ai et cet enfant, tout ce que je peux te donner.

Il ferma les yeux et sourit. Un instant plus tard, il les rouvrit et se retourna sur le noble avec un air de défi, son sourire au coin des lèvres montrait beaucoup de satisfaction et de fierté. Voyant cela l'homme aux allures de noble ne pu s'empêcher de bouillir de rage, il se mit même à grogner quelques instants avant d'ordonner à ses soldats d'attaquer.

- tuez-les, hurla-t-il.

Les guerriers pourtant bien armés hésitèrent tout de même un petit moment avant d'obéir. Ils se regardèrent comme pour se donner du courage avant de s'élancer tous ensemble. Sans hésitation l'heureux père brassa, d'un revers de la main, l'air devant lui. A cet instant les soldats s'immobilisèrent quelques secondes avant d'être projetés dans les airs et d'atterrir quelques mètres plus loin. Ceux qui étaient tombés à même le sol gémissaient. Quand aux plus malchanceux, ils avaient heurtés un tronc d'arbre et avaient, heureusement pour eux, perdu connaissance. Fou de rage après cette défaite, le maître hurla son mécontentement à ses hommes.

- Bande d'incapables, bons à rien. Puis, il sortit son épée de son fourreau et se lança sur son adversaire qui esquiva facilement l'attaque. La jeune mère, inquiète pour son amant s'était collée à un tronc d'arbre et ne pouvait plus détacher son regard du combat qui venait de commencer. Elle pensait " comme il est noble. Malgré son imposante puissance, il esquive les coups et attaque juste avec ses griffes, sans plus. Il veut vraiment lui prouver que même ainsi, en se battant comme s'il était faible il peut le battre facilement. Pourtant je me demande s'il ne devrait pas en finir au plus vite mais … je comprends qu'il cherche à l ‘humilier de la sorte ". Le combat faisait rage. L'homme à l'épée n'avait rien à envier en ce qui concernait le combat. En effet, c'était sans aucun doute le meilleur épéiste de ce monde et sûrement la raison de son rang de noble, pourtant son adversaire esquivait assez aisément ses attaques et attendait passivement de trouver une faille à sa défense pour mettre un terme à ce duel dont pour lui, le résultat était d'une logique implacable. Soudain un petit sifflement fendit l'air suivit d'un horrible hurlement de douleur.

- Aaaaaaaaaahhh !!



_________________________________________________________________

Bon courage pour la lecture est merci d'être venu

Anonyme

8015
Anonyme
  • Messages : 8015

Il était une fois,...


ven. 09 août 2013 - 18h47

C'est beaucoup plus agréable à lire comme ça.